Perles Akoya

ENTETE-AKOYALes Perles Akoya sont à l’origine de la Perliculture moderne. Nées au Japon grâce aux travaux de l’équipe dirigée par Kokichi Mikimoto à la fin du XIXe siècle elles ont permis à beaucoup de clients de porter ces joyaux naturels. Ce sont des perles issues des Mollusques  » Huitres Perlières  aux  noms savants :  Pinctada Martensiide Fucata  » ou  » Pinctada Martensii  »et aujourd’hui un mollusque Hybride entre Pinctada Martensii et Pinctada Chimnitzii « . Ces mollusques ont la particularité de produire une nacre très fine, délicate dotée d’un orient surprenant par sa diversité.

Dès que l’on évoque un collier de perles, de vraies perles, notre inconscient nous projette l’image d’un bijou constitué de perles blanches harmonieuses avec des reflets changeants et un lustre important. La perle d’Akoya est la référence sur laquelle s’appuient toutes les autres perles de culture.

NB : Une perle de culture n’est pas une  » fausse perle  » le principe consiste à solliciter le mollusque afin qu’il produise naturellement une défense par la production de nacre pour recouvrir l’intrus. Dans le processus naturel, les corps étrangers peuvent entrer dans la coquille d’une huitre, laquelle l’entoure de nacre pour l’insérer dans son organisme. La Perliculture consiste à reproduire cette situation en espérant que la suggestion donne une perle quelques années plus tard. L’homme dépose une greffe puis patiente le temps nécessaire. Durant cette gestation les fermiers surveillent les mollusques qui sont à portée des rames. Ainsi la Perliculture permet de situer les lieux où se trouvent des huitres susceptibles de donner des perles, ce n’est pas du 100%, un 30% sur chaque récolte est un chiffre qui s’entend comme une victoire.

Une perle Akoya est une perle dont la gestation, après la greffe faite sur le mollusque,  est de l’ordre  de 2 à 3 années. Chaque greffe est constituée d’une « perle mère  » sorte de « matrice de forme » qui va permettre, dans les meilleurs cas, de récolter des perles bien sphériques. Sans ce processus,  l’intervention de sollicitation d’un corps étranger sans cette exigence, ne permettrait pas d’obtenir des perles bien rondes. Cette bille de nacre est issue d’un mollusque de grande taille dont la coquille importante aura été découpée en petits morceaux qui seront ensuite polis à la perfection pour obtenir une sphère parfaite est appelée  » Nucléon  » ou  » Nucléus « 

RECOLTE-HUITRE-PERLIERE

La perle Akoya, réputée comme telle, dispose d’un diamètre de 4,0 mm au minimum et peut aller jusqu’à 9,5 mm au maximum. Bien entendu il peut y avoir des exceptions, des pièces uniques qui peuvent sortir de cette échelle, ce sont alors des perles convoitées dès lors qu’elles sont belles. Il ne s’agit pas d’être une exception, faut il encore être séduisante.

Vous aurez ici l’occasion de découvrir des perles qui entrent dans cette catégorie, des articles seront à votre disposition, pour ne pas passer à coté d’un article il vous suffit de vous inscrire dans la liste, alors, à chaque article paru, un Email vous sera adressé sur le résumé de l’article. Il ne s’agit pas de publicité mais bien d’informations auxquelles vous aurez accès pour tout savoir, ou presque, sur les perles.

Les perles Akoya sont blanches dans 85% des cas, elles peuvent aussi être  » dorées  » un peu comme du champagne, mais aussi bleutées, plus rares et même vert pistache dans de très rares récoltes. Parmi les perles blanches, une multitude de variantes de reflets qui chantent selon l’environnement, l’éclairage et la teinte des habits de la personne qui les porte. Cependant lorsque tous les éléments qui entourent les perles sont neutres, la perle aura, au travers de ses reflets et de son lustre, une note colorée que l’on appellera :  » Orient « . Afin de permettre une commercialisation raisonnée, des grandes tendances d’Orients ont été instaurées, pour plus de facilité, c’est ainsi que l’on dira d’une perle Akoya qu’elle a un Orient « Rosé » ou bien « Argenté » ou bien encore « Ivoire » ou « Crème ». Il n’y a pas de classement de valeur à proprement parler, c’est une histoire de gout personnel, un Orient n’est pas mieux qu’un autre, il sera juste différent et apprécié pour cette distinction, sachant qu’il n’est qu’une lumière dans le blanc et non une couleur.

Il est important de préciser qu’une perle Akoya est une « gemme » unique, elle est un élément singulier avec tous les détails qui peuvent la caractériser, l’identifier. Tout comme tout ce qui existe sur notre planète par un développement naturel, les perles ont leurs particularités, leurs distinctions. Les néophytes parleront de « défauts » alors qu’en réalité il s’agit bien de caractéristiques propres à chaque perle. Celle ou celui qui la regarde peut apprécier ou non, mais il n’est nullement question de défauts mais bien de  » singularités  » de surface. Certaines perles sont très discrètes, ce sera avec une loupe de joaillier qu’il faudra les approcher pour qu’elles révèlent toute leur identité, d’autres au contraire ne cachent rien et laisse voir ou entrevoir des singularités sur leurs surfaces qui permettent de les classer par catégories.

Bien entendu ce sont les plus discrètes les plus rares, elles ont d’autant plus de valeur qu’elles sont difficiles à dénicher. Vous entendrez donc parler de qualité AAA pour le plus haut de la gamme puis ensuite AA+ suivi de AA et A pour qualifier les perles.

Blog réalisé avec la technologie WordPress – Design & intégration par Agence Dorboweb : www.dorboweb.com